Accueil Réponses aux tauromaniaques
Index de l'article
Réponses aux tauromaniaques
Les taureaux ne souffrent pas
L'arène vaut mieux que l'abattoir
La corrida, duel loyal
L'héroïsme des toreros
L'argument de la tradition
Fascination des artistes
Un art majeur
La quintessence de la culture méridionale
La race des toros de combat
Défoulement des pulsions
Pas de Féria sans corrida
Anti-corridas intolérants
Toutes les pages

LA CORRIDA, ART MAJEUR

anti corrida beziers tauromachie souffrance animale
A en croire les chroniqueurs taurins, la corrida serait devenue l'un des beaux arts, voire un art majeur.

Notons que cette prétention est toute récente : elle ne remonte qu'à la première moitié du 20ème siècle, époque où certains matadors s'illustrent par une nouvelle manière de toréer : au lieu d'esquiver l'animal par de brusques écarts, ils cherchent à dévier sa charge par de lents mouvements de cape et à faire tourner la bête autour d'eux pour enchaîner la passe suivante. Ils dessinent ainsi sur le sable des courbes et l'étoffe du leurre tournoie parfois comme la robe d'une danseuse. A cela se résume la " beauté " d'une corrida. C'est un peu court pour prétendre à l'esthétisme.

Est-on un artiste parce qu'on endosse un costume de carnaval, qu'on cambre vaniteusement la taille, qu'on prend des poses de matamore et qu'on agite à bout de bras des chiffons ensanglantés ? Vriller une pique dans la chair qui gicle et se révulse, clouer des harpons, enfoncer des épées et des poignards sont des gestes étrangers à tout esthétisme.

Belles, les blessures béantes et les hémorragies ? Beaux, les vêtements souillés de sang comme des tabliers de boucher ? Un bourreau devient-il artiste parce qu'il torture et massacre au son d'une fanfare ?

La corrida ne se dit belle que pour occulter qu'elle est cruelle. Du même coup, elle offre un alibi aux tauromaniaques : psychopathes, eux ? Calomnie ! Ce qui les pousserait aux arènes, ce serait uniquement l'amour de la beauté. Hypocrites…