Accueil Féria
Index de l'article
Dossier Féria
Présentation
Propagande et réalités
Féria et abus d'alcool
Sans Féria, la corrida meurt
Bilan de la féria 2009
Toutes les pages

Anti corrida à Béziers, les dossiers du COLBACDOSSIER FERIA

FERIA ET ABUS D’ ALCOOL

Accident mortel au retour de la féria 2009 de BéziersAccident mortel au retour de la féria 2009 de Béziers

Photos Midi-Libre [14 oût 2009]...quand déboule à vive allure une Citroën Xsara conduite par un jeune de Montblanc . Agé d’une vingtaine d’années, il revient de la Féria de Béziers et rentre chez lui. Une famille , les parents et deux des trois enfants, sera entièrement anéantie à cause d'un chauffard, ivre au volant. Aucun élu responsable de Béziers ne fera de commentaire pour ne pas perturber la Féria qui en est à son deuxième jour de tueries et de défoulements obscènes, autorisés et encouragés par les pouvoirs locaux.

Le 16/06/08 le COLBAC écrivait ce qui suit à la Mairie, à divers services de l’Etat et au sous-préfet de Béziers:
« Pendant la feria de Béziers, chaque nuit, vers 3h, d’innombrables personnes entreprennent de rentrer chez elles et, à cette fin, reprennent le volant alors que, ivres de fatigue, de bruit et d’alcool, elles ne sont pas en état de conduire…
A l’approche de la feria 2008 nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous indiquer combien d’accidents de la circulation ont été provoqués l’an dernier par les personnes qui quittaient la feria hors d’état de conduire et ce que vous comptez faire pour éviter de tels accidents en 2008…
»

Après 2 mois de silence et plusieurs rappels de notre part le sous-préfet finissait par nous répondre le 11 août 2008 :
« Contrairement à ce qui est souvent répandu, les forces de l’ordre ne constatent pas les soirs de feria une augmentation significative des accidents de la circulation car nombre de personnes restent dans le périmètre de la feria et ne reprennent pas leur véhicule… »

Suite à cette incroyable réponse du sous-préfet, le COLBAC envoyait aux organes de presse le communiqué suivant :

5 MIRACLES CONSTATÉS À BÉZIERS

Le COLBAC a écrit plusieurs fois à la mairie de Béziers et à divers services de l’Etat pour connaître le nombre des accidents de la circulation imputables aux automobilistes qui, après une nuit de feria, reprennent le volant ivres d’alcool, de bruit et de fatigue.
Réponse: « Aucune augmentation significative des accidents n’est constatée par les forces de l’ordre. »

5 miracles se produisent donc chaque année :

1- D’après la mairie, Béziers (75.000 habitants) accueille certains soirs de feria plus de 300.000 visiteurs. Ces soirs-là la population de Béziers est donc multipliée par 5. Et le nombre des accidents de la circulation n’augmente pas ? C’est un premier miracle.

2- L’alcool est officiellement considéré comme la première cause des accidents de la circulation et la feria est le moment de l’année où l’abus d’alcool bat tous les records. Mais à Béziers exceptionnellement l’abus de boisson améliore la sécurité routière puisque pendant la feria le nombre des accidents sur la voie publique, paraît-il, n’augmente pas. C’est un 2ème miracle.

3- Selon la sous-préfecture, après chaque nuit d’orgie, « nombre de fêtards restent dans le périmètre feria et ne reprennent pas leur véhicule ». Ainsi une ville de 75.000 habitants possèderait assez de lits pour 300.000 touristes ? Merveille supplémentaire, ces 300.000 lits existeraient « dans le périmètre feria » c-à-d dans une petite partie du centre de Béziers ? C’est le 3ème miracle.

4- Les autos des fêtards qui, les soirs de feria, encombrent les trottoirs de toutes les rues, disparaissent avant l’aube. Puisque les fêtards, nous dit-on, « ne reprennent pas leur véhicule » c’est donc que leurs autos s’évaporent comme des gouttes de rosée par l’opération du saint esprit. C’est le 4ème miracle. Les esprits forts affirment que les miracles n’existent que dans la bible. Ils ont tort.

5- Nous allions oublier le dernier prodige : 360 jours par an sont interdits le stationnement sur trottoir, l’incitation à l’abus d’alcool, l’ivresse publique, la violence, le tapage nocturne surtout quand il dépasse le seuil de danger (90 décibels). En temps ordinaire il est même interdit d’uriner et de chier dans les rues. Mais pendant la feria tous ces comportements illicites cessent visiblement d’être répréhensibles puisqu’ils sont assurés de la bienveillante compréhension des pouvoirs publics…(fin du communiqué de presse)