Accueil Rugby et Corrida
Index de l'article
Rugby et Corrida
Action PETA, 8 août 2009
Affaire Chabal, épisode 4.
Affaire Chabal (3)
Affaire Chabal (2)
Affaire Chabal (1)
Affiche de la Féria 2009
Toutes les pages

Anti corrida à Béziers, les dossiers du COLBACDOSSIER Rugby et Corrida

Affaire Chabal, épisode 1

Anti corrida à Béziers, l'affaire Chabal, dossier rugby et corrida.

à gauche la photo d'origine, à droite le photomontage réalisé par Jean Nouvel, architecte.

Son coût artistique, facturé par l'architecte Jean Nouvel,  avoisine les 10 000 euros. Payés "rugby sur ongle" par la mairie de Béziers, commanditaire de l'affiche. Une œuvre majeure comme aiment à le dire nos élus enthousiastes.

Réalisée à partir de plusieurs images "empruntées" sans autorisation à des photographes étrangers (c'est plus commode pour économiser les droits et son génie), l'affiche 2009 des corridas de Béziers fut créée par Jean Nouvel, passionné de tauromachie. Cette affiche concoctée à partir de photos représente notamment un rugbyman à tête de taureau.

Depuis sa présentation dans la Presse, les milieux autorisés de la tauromafia ne cachaient pas leur joie de recevoir ainsi la caution de Sébastien Chabal pour grandir la corrida. Tous les websites taurins affichaient sans vergogne leur éclatante recrue propagandiste.

Le Colbac est depuis longtemps à l'écoute des manœuvres des taurins car ces derniers, pour assurer l'avenir de la tauromachie, cherchent inlassablement des appuis de communication dans les milieux les plus influents. Le milieu du rugby est de ceux là et la tauromafia fait du pied à la Fédération de Rugby depuis une trentaine d'années, date du début de la baisse de fréquentation des arènes. Alertées par la gravité de ce nouvel acte de récupération, et à l'initiative du COLBAC, plusieurs associations ont réagi fermement contre cette récupération indigne du rugby, ont immédiatement pris contact avec l'agent du joueur qui est tombé des nues et n'ont pas tardé à demander à Sébastien Chabal de se manifester.

Cette affiche ne verra donc pas le jour. Elle dort dans des placards fermés à la mairie après le pataquès judiciaire soulevé par les associations anti-corridas, révélant que le nom et le corps du rugbyman Sébastien Chabal étaient utilisés sans son accord.

Aucun contrat de droit à l'image n'avait été rédigé concernant l'affiche de feria. Et aucun contact n'avait jamais existé entre Chabal et Nouvel.

« De la part d'un grand nom de l'architecture et de l'illustration, on s'attendait à bénéficier d'une œuvre que l'on puisse largement diffuser. D'ailleurs, dans la convention que Jean Nouvel a lui-même signé, il est précisé qu'il doit lui-même régler les questions de droit à l'image », s'étonne Raymond Couderc, sénateur-maire de la ville qui a décidé de stopper la diffusion du visuel, initialement décliné sur des foulards, des tee-shirts et différents objets dont raffolent les chalands de la feria. « Nous avons demandé aux entreprises partenaires dans cette affaire de stopper les lignes de production. Il est hors de question que nous puissions diffuser des produits dans de telles conditions. Et la campagne de communication que nous devions lancer lundi est retardée, le temps que nous trouvions un visuel de substitution » ajoute le député Elie About, adjoint chargé de la culture.

Pour ne pas avoir à affronter Sébastien Chabal et les foudres de ses conseillers, les tauromafieux de la mairie de Béziers, dont Jean Nouvel est devenu le visage ouvert de leurs turpitudes, ont préféré adopter une attitude de prudence et de "respect rétroactif", en se réservant la possibilité de présenter la facture à Jean Nouvel. Même si les conseillers de l'architecte peuvent toujours opposer au droit à l'image celui du droit de création de l'artiste.

Le journaliste anglais qui a réalisé la photo d'origine pourrait aussi demander des comptes à Jean Nouvel. Une réunion de crise s'est tenue à la mairie pour réorganiser le calendrier de promotion de la feria et surtout pour trouver un créatif capable dans l'urgence de réaliser un visuel. Une gabegie financière, encore une, qui sera supportée par les contribuables, nous n'en doutons aucunement.