Accueil

LA CORRIDA FRAPPÉE A LA CAISSE

les arènes se vident !

A Béziers comme dans la plupart des villes taurines la tauromachie pourrait bien mourir de ses difficultés financières.



Le statut des arènes

Les arènes de Béziers sont la propriété privée d’une poignée d’actionnaires groupés en société anonyme. Ces actionnaires, au lieu d’exploiter eux-mêmes leur bâtiment, préfèrent le louer à la mairie qui y monte chaque année un petit nombre de spectacles et de concerts. Depuis de nombreuses années la mairie a cessé d’organiser elle-même des corridas. Elle confie cette tâche à un professionnel,  un spécialiste des spectacles taurins - Robert Margé -  à qui elle sous-loue les arènes.

Les corridas de la feria biterroise sont donc des spectacles privés, organisés  par un  entrepreneur privé dans un bâtiment privé. Dans ces conditions la tauromachie, comme toute entreprise privée, ne peut subsister que si elle est financièrement rentable. Or Robert Margé est confronté à de très graves difficultés financières. 


Moins de spectateurs

A Béziers comme dans toutes les villes taurines le nombre des spectateurs de corridas décline sans cesse depuis quelques années avec parfois de véritables effondrements. Ainsi en 2016 le nombre des entrées  a chuté de 25% par rapport à 2015. Robert Margé et les clubs taurins ne cachent pas leur  inquiétude pour l’avenir de la tauromachie.

Loyer des arènes en forte hausse

En décembre 2014 la mairie a renouvelé pour 6 ans le bail par lequel elle sous-loue les arènes  à R. Margé. Le loyer annuel que  la mairie, dans ce nouveau bail, impose au locataire a plus que doublé, passant de 28.500 à 60.000 euros.

Dette fiscale

Les spectacles dits « vivants » (théâtre, etc) bénéficient d’un taux de TVA réduit : 5,5 % au lieu de 20% . Les organisateurs de spectacles taurins estiment que la corrida est un  spectacle vivant et revendiquent – en vain - une TVA minorée. Pour faire pression sur le fisc R. Margé entre 2011 et 2014 n’a accepté de payer la TVA qu’au taux de 5,5 %. Le conflit  a été porté au tribunal administratif. Celui-ci, en décembre 2014, a condamné R. Margé à payer la TVA à taux plein et donc à régler sa dette au fisc, soit environ 200.000 euros par an pour la période 2011 – 2014. 

Le bilan déficitaire des corridas biterroises

Contrairement à ce que croient beaucoup de gens mal informés, la corrida n’est pas un spectacle rentable. Sa rentabilité s’est encore dégradée ces dernières années en France et en Espagne en raison du recul général du nombre de spectateurs. D’autre part la crise financière mondiale née en 2007-2008 et la politique d’austérité imposée en France et en Espagne  ont réduit ou supprimé les subventions publiques que la tauromachie recevait auparavant. Non seulement les corridas biterroises ne produisent plus aucun bénéfice mais leur bilan est  devenu déficitaire. En 2016 ce déficit a frôlé un demi-million d’euros. Une situation qui ne peut durer…

Vers le dépôt de bilan ?

R. Margé a demandé et obtenu en septembre 2017 que le tribunal de commerce place sa société en procédure de sauvegarde. C’est l’ultime stade avant la faillite. Une faillite qui aurait probablement déjà eu lieu si l’organisation de spectacles taurins était une entreprise comme une autre. Mais ce qu’il faut bien appeler la toromafia dispose de nombreux appuis dans tous les milieux décisifs. C’est sans doute pourquoi le tribunal de commerce a accepté la procédure de sauvegarde laissant ainsi à Margé une ultime chance de redresser ses comptes.

Ultimes  expédients

Menacé de couler à pic, R. Margé s’ agrippe à 2 bouées de sauvetage : il réduit la dimension de la feria 2018 et s’est associé à Simon Casas.

La prochaine feria biterroise, au lieu d’offrir, comme d’habitude,  5 corridas de toros, n’en  comportera que 3. A la place des corridas supprimées sont prévus 2 spectacles moins onéreux mais aussi moins attractifs: une course équestre et un spectacle taurin sans mise à mort.

Simon Casas est l’organisateur de corridas le plus puissant de la planète. Il dirige un grand nombre d’arènes dont Nîmes et Madrid qui sont respectivement la capitale française et la capitale mondiale de la corrida. Quand il achète des taureaux , quand il embauche des matadors, c’est pour plusieurs arènes à la fois. Sur le marché taurin Margé n’est qu’un petit épicier alors que Casas est un grossiste, capable de casser les prix auxquels il acquiert taureaux et toreros.  En s’associant à ce puissant grossiste, en constituant avec lui une grosse centrale d’achat, Margé espère obtenir bétail et toreros à moindre prix.

Ces 2 expédients suffiront-ils pour éviter la faillite menaçante?

Nous le saurons bientôt…