Accueil

À PROPOS DE LETTRES PIÉGÉES

lettres piégées. Anticorrida innocents !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il paraît que des notables du milieu taurin ont reçu par la poste des courriers contenant des lames de cutter. Est-ce une action des anticorrida ? A qui profite le crime... ?

 

Si l’expéditeur des enveloppes a agi par aversion pour la tauromachie, cette personne est au mieux faible d’esprit et au pire psychopathe car il est évident que ce n’est pas ainsi qu’on fera reculer la barbarie tauromachique.
Mais rien ne prouve que l’expéditeur soit anticorrida. Le milieu taurin est fracturé par de vives dissensions et par des luttes intestines. Les règlements de comptes y sont usuels. Puisque plainte a été déposée, l’enquête de police démasquera le vrai coupable.
En attendant les conclusions de l’enquête, qu’on nous permette de sourire devant les gémissements de détresse poussés par le mundillo. Voilà des gens qui prétendent avoir le culte de la bravoure, des gens dont le plaisir suprême est de faire massacrer des bovins par des hommes et de faire étriper des hommes par des bovins. Ils ne conçoivent pas le bonheur sans effusion de sang.

Leur porte-parole André Viard assure même  que « Le Sud qu’on aime, c’est …celui de l’arène, du sang, de la mort » (Journal de Béziers N° 50 page 5).

Et ces amateurs  d’hémoglobine sanglotent à l’idée qu’ils pourraient s’écorcher le bout des doigts en ouvrant une enveloppe ?
Quand je reçois, moi, des lettres de menaces qui sont parfois des menaces de mort, des lettres courageusement anonymes qui portent seulement en en-tête « Les associations taurines de Béziers », quand ces enveloppes me parviennent, je n’ameute pas les organes de presse, je ne vais pas pleurer dans le giron du maire de Béziers. Je me suis contenté de confier ces enveloppes à une personne de confiance. Si je venais à périr d’une mort suspecte, cette personne remettra les lettres de menace au commissariat de police qui pourra ainsi orienter son enquête.

Robert CLAVIJO  président fondateur du COLBAC
(Comité de liaison biterrois pour l’abolition de la corrida)