Accueil

Les effondrements de la corrida !

les arènes se vident, la corrida recule.

En France comme en Espagne la corrida décline et les signes de ce déclin se multiplient.
Recul de la feria de Béziers, disparition des fêtards par milliers, agonie des manifestations taurines...

Nouveau recul de la feria de Béziers.
Chaque année, à peine la feria terminée, la mairie s’empresse d’en dresser un bilan triomphant au cours d’une conférence de presse. Cette année elle a attendu presque un mois pour rendre public le bilan chiffré de la feria d’août. Pourquoi un tel retard ? C’est que les chiffres montrent un net recul de la feria, ce qui n’est pas facile à avouer quand on est l’organisateur. 15 % de participants en moins par rapport à 2014. Et surtout, au lieu du million de visiteurs revendiqués il y a une dizaine d’années,  la mairie reconnaît que la feria n’a rassemblé en 5 jours au total que 273.000 fêtards. Un effondrement…

Agonie des journées taurines.
Chaque année en octobre les clubs taurins biterrois, pour clore la saison, organisent des « journées taurines ». Naguère elles occupaient toute une semaine. Elles sont réduites cette année à 3 ou 4 jours.

Pour évaluer le déclin de ces journées, le mieux est de céder la parole au Midi libre, principal quotidien du Languedoc et propagandiste inconditionnel de la tauromachie. « La fédération des clubs taurins a souhaité faire évoluer le format d’une manifestation qui s’essoufflait. Et marquée par … la lassitude des aficionados… Ces journées taurines ont donc un format réduit … Le traditionnel dîner de gala des taureaux d’oc à Zinga Zanga ne sera pas renouvelé après une fréquentation en baisse ces dernières années ».


Bref les clubs taurins attirent de moins en moins de monde. Même la soirée de gala des « taureaux d’oc », principale mondanité de l’année biterroise dans la salle la plus prestigieuse de Béziers, avec dîner gastronomique, participation des notables en costumes trois pièces et robes du soir, spectacle flamenco et distribution de trophées en grande pompe au meilleur matador, au meilleur picador, au meilleur éleveur,  etc, même cette soirée de gala, occasion pour les notables de cultiver et d’élargir leurs relations, ne fait plus recette et disparaît.

Nouvelles d’Espagne.
Les mairies espagnoles conquises par la nouvelle gauche (« Podemos ») multiplient les décisions contre la tauromachie. Ainsi La Corogne, capitale de la Galice, vient d’annuler les spectacles taurins programmés dans le cadre de sa feria. Après les îles Canaries et la Catalogne, la Galice sera-t-elle la 3ème province à bannir la corrida de son territoire ? Des référendums sur la tauromachie sont annoncés dans une douzaine de villes et non des moindres. Parmi elles figurent Valence et Alicante.

Des sondages récents révèlent que 60 % des Espagnols rejettent la corrida. Olé !