Accueil

1 verre ça va pas, 3 verres bonjour la Feria !

Béziers anti corrida. L'alcool de la féria est ignoré par le maire Couderc, pas le petit verre de fête

La paille et la poutre

A Béziers, un marchand de vin a pris l’habitude d’organiser le 20 de chaque mois une soirée festive de dégustation des meilleurs vins locaux. Et autour de Béziers, capitale viticole du Languedoc, les bons vins, ce n’est pas ce qui manque. Ces soirées, dénommées « Le 20, c’est le vin » ont pris de l’ampleur au fil du temps. Attirant à chaque édition plusieurs milliers de buveurs, elles sont désormais victimes de leur succès. Au conseil municipal d’avril 2012 le maire a dit son inquiétude devant les désordres provoqués par ces soirées trop arrosées. Il a même menacé de ne plus les autoriser. Menace stupéfiante quand on songe que la mairie organise pendant sa feria d’août des désordres bien plus nombreux et bien plus graves. C’est comme si Al Capone s’indignait devant un gamin voleur de pomme. Pour comprendre cette apparente incohérence il faut lire le communiqué que le COLBAC a donné aux journaux locaux.

Deux poids deux mesures
(communiqué de presse du COLBAC)

La Mairie condamne les dérapages des soirées festives « Le 20 c’est le vin » au cours desquelles l’abus d’alcool est accusé de provoquer bagarres, tapage nocturne, conduite d’autos en état d’ivresse, insécurité et désordres divers.
Etonnante, cette indignation municipale
quand on songe que la Mairie organise elle-même sans le moindre scrupule des désordres identiques mais cent fois plus nombreux et cent fois plus insupportables pendant la feria d’août.
C’est pourquoi nous suggérons aux organisateurs du « 20 c’est le vin » la prochaine fois, de remplacer les bons vins locaux par du pastaga et de la sangria , d’associer à ces soirées les clubs taurins et de planter, place jean Jaurès, une petite arène démontable pour y donner une tienta, une capea ou du toreo de salon. Devenu promotion de la tauromachie, « Le 20, c’est le vin » sera dès lors assuré du soutien total de la mairie et quels que soient le nombre et l’ampleur des dérapages, les riverains n’oseront plus se plaindre...