Accueil

Lettre à Elie Aboud député de Béziers

Elie Aboud, se présente à Béziers. Député taurin pour un nouveau mandat.Le député Elie Aboud, circonscription de Béziers, se présente aux prochaines élections, le visage botoxé d'affabalités de circonstance, figé donc, et mains bien serrées sur sa canne à pêche. Des voix je veux des voix, qu'on me donne des voix !
Il reçoit donc un courrier du COLBAC car ce monsieur encourage la corrida, et donc la torture animale, la perversion des enfants et l'effusion de sang humain.

Nous espérons une réponse... Y aura t'il à Béziers une forêt assez grande pour qu'il s'y confectionne une langue de bois, modélisée sur le nez de Pinocchio ?

 

 

Lettre à Elie Aboud, député de Béziers


Monsieur,

Député sortant vous demandez aux électeurs biterrois de renouveler votre mandat au printemps prochain. Vous vous affichez systématiquement au premier rang des arènes lors des corridas, vous soutenez continuellement le milieu taurin, vous venez de décorer les présidents de clubs taurins de la médaille de l’assemblée nationale et vous osez solliciter les suffrages des Biterrois qui, eux, dans leur immense majorité, sont hostiles à la tauromachie ?
Votre principal argument en faveur de la corrida est qu’il faudrait respecter les traditions. Mais aucun progrès n’est possible sans l’abandon d’une tradition. Le gouvernement que vous soutenez, jugeant archaïques notre économie et notre organisation sociale, veut tout réformer depuis l’Éducation nationale jusqu’au code du travail en passant par le régime des retraites et la protection sociale. Il faudrait donc, sans aucun respect des traditions, tout moderniser en France sauf la corrida qui serait la seule tradition à respecter ?

Vous vous moquez de nous.
Tout le monde déplore la montée de la violence dans la société française, surtout parmi les jeunes. Pour y remédier vous ne trouvez rien de mieux que de soutenir et financer l’école taurine de Béziers qui, aux frais du contribuable, entraîne des adolescents à torturer et à tuer.

Comme votre complice le maire de Béziers dont vous êtes le premier adjoint, vous ne voulez pas d’un référendum local qui permettrait aux Biterrois de décider si Béziers doit continuer ou cesser d’être une ville de corrida. Vous ne voulez pas de ce référendum car vous savez qu’il donnerait la victoire aux anticorrida. Vous montrez ainsi votre soumission à la toromafia, votre refus de la démocratie. Vous vous asseyez sur la volonté des Biterrois et vous osez solliciter leurs suffrages aux prochaines élections législatives ?

Fin de la lettre adressée au député sortant, Elie Aboud. ( 01 février 2012).

 

Et si chaque adhérent, chaque sympathisant du COLBAC écrivait lui aussi une lettre comme celle-ci au député de Béziers ? Demandez à vos amis d’écrire eux aussi. Envoyez ces courriers à:

Elie Aboud,

député et premier adjoint,

Mairie, place Gabriel Péri

345OO Béziers.