Accueil

Nouvelles brèves 2012

La mafia taurine, tauromafia, vide les coffres des collectivités locales, régionales, nationales et européennes.

La corrida est un spectacle cruel, sadique, et orchestré par des mains baladeuses qui confondent les caisses de l'argent public avec leurs poches au su d'élus très complaisants.

Le COLBAC publie ici la radiographie des criques et fissures qui annoncent l'effondrement de la corrida.

Nul doute en conclusion que les tenants de la tauromachie vont vouloir se servir encore plus grassement avant de disparaître sous les éboulis...

.

Le député de Béziers
Elie ABOUD, député de Béziers, toujours souriant et affable, se veut l’ami de tout le monde. Sauf du COLBAC à qui il ne répond même pas quand nous lui écrivons.  Il est en revanche grand ami du milieu taurin. A son initiative et suite à ses démarches, tous les présidents de clubs taurins biterrois ont été décorés en décembre dernier de la médaille de l’assemblée nationale. Le Midi libre du 19/12/11, par une belle photo, illustre cette émouvante cérémonie avec au premier plan notre si aimable député.

Effondrement en Espagne
Selon le journal « L’expansion » le nombre de spectacles taurins organisés en Espagne de janvier à août 2011 a diminué de 31,6 % par rapport à 2010 et de 53,4 % pour le seul mois d’août. Sur la même période (de janvier à août)  et de 2007 à 2011 le nombre total de spectacles taurins en Espagne a chuté de 1428 à 592. Selon « Mundotoro » entre 2007 et 2010, le nombre des novilladas est passé en Espagne de 667 à 317 et le nombre des corridas formelles de 1011 à 609.

Tous ces chiffres concordent et se passent de commentaire…

Journées taurines biterroises
Chaque année en octobre les clubs taurins biterrois unissent leurs forces pour organiser ce qu’ils appelaient pompeusement naguère « Journées internationales de la tauromachie » et qui ne s’appelle plus actuellement que « Journées taurines biterroises ».  En 2010 pour tenter d’enrayer le déclin des corridas, les clubs taurins avaient donné à leurs journées d’octobre une dimension exceptionnelle en les étalant sur 15 jours. Mais devant l’échec de ces journées, les organisateurs les ont en 2011 réduites à 5 jours. Cette réduction aurait dû entraîner une meilleure participation du public notamment aux spectacles offerts en clôture des 5 journées le dimanche aux arènes. Or le COLBAC, posté à l’entrée de l’arène,  a compté un à un tous les spectateurs qui y pénétraient. Il n’y eut que 295 entrées au spectacle matinal et 820 (enfants compris) à la corrida de l’après-midi. L’arène de Béziers compte 13.000 places. Elle était donc vide.

Tel est l’état réel de la prétendue « passion » tauromachique à Béziers et dans le Biterrois.

Feria de Nîmes
Nous reproduisons ci-dessous un article paru dans l’édition nîmoise du Midi libre le 04/06/11, veille de la feria de Pentecôte.
« Certains habitants…redoutent déjà les nuits blanches…Le sénateur maire vient de recevoir un courrier faisant part de l’indignation, la colère, la révolte et l’incompréhension des riverains de l’hôtel Boudon où le syndicat des vignerons va installer sa bodega. « Est-il normal, s’interrogent ces Nîmois, que nous ayons à subir les nuisances sonores (haut-parleur beaucoup trop puissant) et malodorantes totalement scandaleuses et inimaginables ? » Ces riverains mettent en avant leur santé et la dépréciation de leurs biens immobiliers. Ils menacent de s’organiser en milice. Eh oui, pendant la feria tout le monde n’est pas à la fête ! »