Accueil

Encore un coup des antis ! Chaud devant !

Air corrida one au secours. Incendie criminel au domicile d'un matador
Vous souvenez-vous de l'incendie des arènes de Saint-Perdon (en 2009 dans les Landes) ?  C'était, d'après les médias taurins, encore un coup des anti corrida !
Les policiers ont vite découvert que les coupables étaient quelques adolescents en goguette, fêtant la fin des cours en cramant leurs cahiers...
Pas besoin donc de rassurer nos adhérents et nos lecteurs, car bien entendu à Béziers nous ne sommes pour rien, encore une fois, dans l'incendie criminel dont André Viard  nous accuse aujourd'hui d'être les auteurs. L'accusation systématique est une vieille antienne dans le choeur des taurins, qui dès lors que les tenants, mafieux, de la tauromachie se tirent dessus accusent immédiatement les anti corrida. Ben voyons...

Bien entendu cet acte criminel est déplorable, mais il sera profitable...

Profitable car un tel évènement tombe au bon moment, est une sacrée bonne pub pour la victime qui nous ne l'oublions pas, torture violemment des animaux, peint des toiles avec leur sang, en fait son fond de commerce et depuis quelques temps perdait tout crédit au sein de la nasse taurine tant ses prises de position et ses agissements sont décriés par des aficionados, en France et aussi en Espagne.
Voilà pourquoi nous refusons toute violence, pour, entre autres convictions pacifiques, ne pas offrir à nos adversaires un boulevard de reconnaissance/complaisance dans les médias. Ces derniers sont très « victimisateurs outranciers de la chose taurine ». Médias partiaux et totalement informés car ils usent du vocable « ambiance toro » quand les coups de fusils pleuvent dans l'aficion.

Bien entendu la Gendarmerie va conduire une enquête et rien normalement ne pourra l'étouffer par des manœuvres obscures telles celles dont est coutumière la « victime en mal de reconnaissance » (à lire dans un article très documenté du docteur Richier, l'aveu de l'inscription en catimini de la corrida au patrimoine national).

Bien entendu la Gendarmerie conduira son enquête jusqu'aux coupables.... Hum hum... Excepté si des directives contraires viennent de la haute protection taurine. Cette structure consensuelle agira vite car la « victime en mal de reconnaissance » a aussi beaucoup de détracteurs dans le mondillo de la torture animale. Autant de suspects taurins ! En France et en Espagne ! Il faut comprendre également que beaucoup de pouvoir et d'argent sont en balance dans le milieu taurin. Il est difficile de partager le pouvoir ainsi que la bonne gamelle, dorée avec l'argent des contribuables de toute l'Europe. Ainsi, dans la "corrida nostra", pour ne pas nuire à l'intérêt général, les coups foireux s'éteignent le plus souvent dans une "ambiance toro", d'abord explosive, expéditive, la famille prise pour cible, puis feutrée, ouatée comme une couette. D'ailleurs on est déjà au dénouement semble-t-il, car, d'après les enquêteurs, les incendiaires ont foutu le feu à la couette ! Avec du gasoil ! (1,40 euro le litre quand même... z'ont les moyens eux...Et puis sont pas écolo...)

La voix de la calomnie s'est donc encore exprimée, évidemment venue de l'extrême-aficion, répandant des rumeurs tellement imbéciles que personne ne les croit plus vraiment.
Nous connaissons bien le procédé et le raisonnement habituels des extremo-taurins: Dans leurs discours politiques ou autres, ces  personnes partent d'une réalité très tarabiscotée, voire capilo-tractée. Ensuite, ils  utilisent des arguments scientifiques quand ça les arrange et rejettent tous les autres. Ils proposent une vision totalitaire ou holistique de leur monde cruel et pratiquent des lectures sélectives. Bref, ils n'ont pas de rigueur et ne parlent que pour affirmer des envies plus que moins malsaines.
Ce qui n'empêche pas une certaine naïveté chez certains mafieux de la tauromachie: ils n'imaginent pas que leurs calomnies seront vite révélées. Bien sûr, certains pensent que "plus c'est gros, plus ça passe"... Les pervers narcissiques s'en trouveront glorifiés si on les écoute sans conscience. Attendons la plainte et les preuves...
Si ce que disent les taurins était vrai, nous serions en prison depuis longtemps ! D'autant plus vite que, via quelques élus bien disposés, les taurins bénéficient de tout l'arsenal républicain pour nous écraser.

Dans quelques jours la « victime en mal de reconnaissance » en profitera pour s'élever subtilement sur la plus haute hune du cuirassé taurin... Et on s'en passerait volontiers car ce rusé personnage, protégé de la République (via l'ambassadeur de France en Espagne) est trop sournois pour qu'on puisse réfuter ses mensonges tel celui-ci:

" Hé non, le taureau ne saigne pas et ne souffre pas car il participe, en toute conscience, de l'art culturel... C'est prouvé ! " (dixit l'aficionado qui s'enflamme sans gasoil ).