Accueil

1er AVRIL 2011: LE CORRIDATHON, CANULAR du COLBAC

1er  AVRIL 2011:  LE  CORRIDATHON, CANULAR   du   COLBAC, anti corrida
Le COLBAC, association anti corrida, a conçu le 1er avril 2011 un canular que la presse a jugé original : sur les allées Paul Riquet un CORRIDATHON organisé par l’association imaginaire « Corrida Nostra » et réclamant aux passants  des dons pour sauver la corrida. Annoncée par affichage dans les commerces et rues du centre ville, la quête a été effectuée, au pied d’une affiche géante, par quelques militants conduits par le matador mendiant don Roberto de la Manche.
La fiction dépasse ici la réalité... L'anticipe...

La corrida est un spectacle structurellement déficitaire. Ce déficit est systématiquement comblé par des subventions publiques directes ou indirectes. Les contribuables, très majoritairement indifférents ou hostiles à la tauromachie, financent les corridas sans le vouloir et sans le savoir.

Cette situation paradoxale est d’autant plus inacceptable que la crise financière impose des restrictions budgétaires douloureuses. L’argent public manque même pour les secteurs vitaux : retraites, services publics, hôpitaux mais continue à subventionner la tauromachie.

Arguments  et  preuves
Les corridas sont des spectacles déficitaires même à Nîmes comme le montre l’audit commandé par la mairie de Nîmes. Cet audit est longtemps resté secret mais a finalement été rendu public en 2001 par le maire actuel de Nîmes Jean-Paul Fournier, alors dans l’opposition. A fortiori les corridas sont-elles déficitaires dans le reste de la France là où les arènes sont moins vastes et/ou moins attractives : Béziers, Palavas, Mauguio, Lunel, etc.

A Béziers la tauromachie est officiellement l’affaire privée de Robert Margé et la mairie n’y mettrait pas un sou. En réalité des subventions municipales vont aux spectacles organisés par les clubs taurins notamment en octobre. Le musée taurin a été logé dans l’immeuble le plus cher de la ville aux frais de la Mairie. L’école taurine ne vit que grâce à l’argent de la mairie. C’est la mairie qui paie la publicité des corridas organisées par Robert Margé par le moyen de l’affiche municipale qui est censée chaque année faire la pub de la feria mais qui au lieu de vanter les spectacles équestres ou les concerts musicaux et autres attraits de la feria évoque surtout ou uniquement ses corridas. La plus grosse des subventions municipales, c’est la feria elle-même entièrement financée par nos impôts et indispensable pour attirer à Béziers quelques amateurs de corridas. En France comme en Espagne aucune corrida formelle n’est plus organisée en dehors d’une feria, car sans feria l’arène serait vide de spectateurs.

Les subventions ne viennent pas que des mairies mais aussi d’autres collectivités : agglos, conseils généraux, conseils régionaux, etc. Ainsi l’agglo Béziers-Méditerranée a subventionné l’achat d’une arène par Boujan. Nous tentons actuellement de savoir combien le conseil régional a versé en 2010 et combien il compte verser en 2011 pour la tauromachie. Nous avons écrit à tous les conseillers régionaux pour le savoir. Pas un seul ne nous a répondu. Même les conseillers régionaux biterrois (Claude Zemmour, Karine Chevalier, Agnès Jullian, Jean-Claude Gayssot) ne répondent ni à nos questions ni à nos demandes d’audience. C’est l’omerta. Alors que la transparence est une obligation absolue pour tout ceux qui gèrent des fonds publics, on nous cache jusqu’où va le soutien régional à la tauromachie.

Le CORRIDATHON, action  du  COLBAC
Surtout en période de crise financière l’argent public doit aller aux œuvres de vie, pas aux œuvres de mort.  Pour attirer l’attention des citoyens et des médias sur ce scandale, le COLBAC a conçu le 1er avril 2011 un canular que la presse a jugé original : sur les allées Paul Riquet un corridathon organisé par l’association imaginaire « Corrida Nostra » et réclamant aux passants  des dons pour sauver la corrida. Annoncée par affichage dans les commerces et rues du centre ville, la quête a été effectuée, au pied d’une affiche géante, par quelques militants conduits par le matador mendiant don Roberto de la Manche.

Journal Midi Libre, lien vers les articles du COLBAC, association anti corrida

Photo Midi Libre, le CORRIDATHON organisé le 1er avril 2011 par le COLBAC, association anti corrida

Sous la montera...un fervent anticorrida

Robert Clavijo en torero en bas roses et montera,   ll fallait le voir pour le croire. Hier, le plus ardent anticorrida est devenu 'Robert de la manche', grand matador mendiant. Il a fait la quête, pour récolter des fonds au nom du célèbre club taurin 'Corrida nostra' afin de sauver la corrida. Ce Corridathon était évidemment un poisson d'avril imaginé par le Colbac, comité de liaison Biterrois pour l'abolition de la Corrida.

Derrière la bonne blague, se cachait un message tout ce qu'il y a de plus sérieux : «   Il faut que les gens sachent que les corridas sont des spectacles déficitaires partout, soutenus par un petit establishement qui a les mains dans les caisses et qu'elles n'existeraient plus sans les subventions publiques, sans l'argent du contribuable », ont expliqué les auteurs du canular.
PHOTO OLIVIER GOT